Quand attaquer l’État devient « viral »